Servas

  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas
  • Servas

Accueil du site > Commune > Un peu d’Histoire ...

Un peu d’Histoire ...

SOMMAIRE


XVIIIème SIECLE à Servas

Réflexions sur ce qui s’est passé dans les années 1718 à 1725 dans la paroisse de Servas Servas_RegistreParoissialMessire Jean BERGER était alors curé de Servas, observateur attentif de la vie publique, il couchait chaque fin d’année sur le Registre Paroissial, les principaux évènements survenus durant cette période.
Le hasard a permis à M. Gérard Clerc-Noyellon (St Rambert en Bugey) d’accéder à ces registres où il a relevé quelques passages qu’il a retranscrits et qu’il nous a transmis. Ces passages reflètent l’état d’esprit des habitants de cette époque. On remarquera en premier lieu que tout comme aujourd’hui l’agriculture éprouvait des difficultés mais d’un tout autre aspect.
Sur un plan plus politique on peut y voir la haine et le désespoir que produisit en 1716 le dénommé LAW, inventeur du papier-monnaie.
Lire tout l’extrait.

 

Servas_1418 BenoitBenoit


SOUVENIR 1914-1918

Mobilisé à l’occasion de la première Guerre Mondiale, Benoit BENOIT, père de Maria RAVET (Ferme de Travant) et arrière-grand père de Mme Evelyne Bonod a tenu un journal quotidien. 
Du 2 Août 1914 au 28 Juin 1916, cliquer ici pour lire l’intégralité de ses notes.


LE BLASON DE LA COMMUNE

Servas_Blason

Description  : « D’or à la devise ondée d’azur accompagnée de trois arbres mal ordonnés de sinople, soutenue d’une pointe de gueules chargée de deux clefs du champ passées en sautoir, à la chape d’azur chargée à dextre de trois fleurs de lys d’or et d’un bâton péri en bande de gueules et à senestre d’un lion d’hermine ».

La chape rappelle la situation particulière de Servas entre la Dombes (les trois fleurs de lys) et la Bresse (le lion d’hermine), entités politiques qui en revendiquèrent la souveraineté. Servas est constitué d’un ensemble de forêts et de mares symbolisées dans le blason (les arbres et l’onde).
Enfin cette paroisse a reçu en baptême son église sous l’invocation de saint Georges et la juridiction du chapitre de Lyon. Elle fut ensuite confiée au chapitre de Saint-Pierre de Mâcon jusqu’à la Révolution française : il est représenté par les clés en sautoir sur fond rouge.

Un peu d’héraldique

  • Azur : L’azur est un émail héraldique de couleur bleue. 
  • Sinople : Le sinople est est un émail héraldique de couleur verte. 
  • Gueules : Le gueules est un émail héraldique de couleur rouge.

Découvrez aussi le blason de l’Ain


AUTRES ARTICLES SUR L’HISTOIRE DE SERVAS

Nous profitons de cette rubrique pour rappeler les origines de SERVAS en tant que commune.
Voilà plus de deux siècles, que par un certain 14 Juillet, à PARIS, commença une période agitée. Le peuple révolutionnaire allait mettre un terme à la féodalité, au pouvoir seigneurial et à l’autorité ecclésiastique. Une nouvelle forme d’administration fut mise en place : des départements et à l’intérieur de ceux-ci des communes constituées par un décret à l’Assemblée Nationale en Janvier 1790.
SERVAS était une paroisse et fût donc érigée en commune. Notre premier maire se nommait Claude RAVOUX, il était déjà en fonction le 15 Septembre 1790. M François ECOCHARD élu officier public, était chargé de la rédaction des registres d’état civil. Le souci majeur pour constituer les premières équipes municipales, dans les petites localités, était de trouver suffisamment de personnes sachant lire et écrire. SERVAS comptait cette année là 357 habitants, mais seuls quelques notables savaient signer.

Quelques années plus tard, on décida de grouper les communes. On supprima les municipalités, ne laissant que deux élus représenter leur commune à l’administration cantonale, créée le 20 Brumaire An IV (11 Novembre 1795). Après de nombreuses difficultés, cette assemblée fut dissoute en 1800 et l’on revint à l’ancien système. Le maire était alors nommé par le préfet du département. M Joseph MONTAT dit GENEVIER, cultivateur, fut nommé maire de SERVAS, et il allait y rester 37 années. Un décret du 9 Prairial An VIII (29 Mai 1800) fixait la tenue du maire. Un habit bleu, une ceinture rouge avec franges tricolores et un chapeau français uni. Le premier registre de délibérations municipales, conservé aux archives de la mairie, débute le 1er janvier 1811.
A l’ordre du jour, la publication et l’affichage des rôles de contributions foncières personnelles et mobilières, des portes et des fenêtres. Ce dernier impôt, plutôt curieux, avait été établi en l’An VII (1798) pour financer les guerres toujours plus coûteuses. Il était dû à partir de la troisième ouverture et pour les suivantes, pour les locaux d’habitation seulement.
Avec l’année 1814 arrive les fortes réquisitions pour l’armée d’Espagne. Céréales et fourrages sont à livrer à BOURG en grandes quantités, et dans les 24 heures, sans cela la commune s’expose à des garnisons autrichiennes. Les voles et pillages effectués par les différentes troupes de passage, appauvrissent la population. Le Conseil Municipal adresse une réclamation à Monsieur le Préfet, pour tenter d’obtenir des dédommagements de notre roi Louis XVIII. 

Voilà le climat dans lequel se déroulaient les premières réunions municipales. Dans les années suivantes, de grandes dépenses attendaient nos élus : une maison commune (auparavant, on se réunissait au domicile du maire), une maison d’école, des réparations urgentes à l’église, …

Autre infrastructure importante : la gare. C’est en 1865 qu’elle a été créée par la Compagnie des Dombes, près du village de SERVAS, malgré que la commune de LENT, distante de moins de 3 km, désireuse de la voir s’implanter sur son territoire, avait adressé une supplique en ce sens à l’Empereur NAPOLEON 1er. Le nom de l’arrêt est alors « SERVAS-LENT ».

Administrativement, SERVAS a toujours fait parti du département de l’Ain, et pendant longtemps du Canton de BOURG EN BRESSE, puis BOURG Couronne. Mais suite à l’inflation de sa population, le Canton de BOURG a éclaté en 5 cantons, SERVAS intégrant celui de PERONNAS. Depuis 2014, SERVAS a été rattaché au canton de CEYZERIAT.

 



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF